Louis Rivière

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

Louis RivièreLouis Rivière, un écrivain saint-gironnais (1912-1999).
Né en 1912 à Carcassonne, Louis Rivière passa sa jeunesse et fit toutes ses études à Saint-Girons.

Devenu enseignant et sans affectation en Ariège, il partit exercer à Vernon, dans l'Eure où il connut sa future épouse, jeune normalienne de Laruns, qui avait également émigré pour raison professionnelle et qu'il épousa en juillet 1939.

Il fut mobilisé un mois après, à la déclaration de guerre, en août 1939. Il participa aux combats sur la Meuse jusqu'en juillet 1940, date à laquelle il fut fait prisonnier ; il fut envoyé en captivité en Allemagne de l'Est, près de la frontière polonaise dans la région de Furstenberg sur Oder, où il fut enrôlé avec d'autres camarades dans divers commandos agricoles ou forestiers.

Épris de liberté, il fomenta plusieurs évasions et à la troisième tentative il réussit au prix de mille difficultés et avec énormément de chance à regagner la France en avril 1943. Rentré clandestinement à Saint-Girons il s'engagea dans la Résistance.

La guerre finie, il exerça avec son épouse dans différents postes du Couserans, dans la Bellongue en particulier, dont ils gardèrent un apaisant souvenir. Il finit sa carrière d'instituteur comme directeur de l'école des Jacobins de Saint-Girons. Couserannais dans l'âme, extrêmement attaché à ses racines, il se disait privilégié d'habiter une des plus belles régions de France.

Très affecté moralement et physiquement par les rudes épreuves liées à la guerre et à la captivité, il en garda toute sa vie, comme tous ses camarades d'infortune, des stigmates indélébiles. Sachant mieux que quiconque, de par sa profession d'enseignant, que l'oubli est le pire ennemi de l'Histoire, il se mit très tôt, dès son retour à la vie active en 1946 à consigner et à répertorier, par devoir de mémoire, tous les événements marquants qu'il avait vécus personnellement durant la période 1939-1945, pour en laisser ensuite un témoignage manuscrit aux générations futures, afin qu'elles se souviennent et retiennent bien la leçon du passé, témoignage qu'il souhaitait le plus sincère et le plus objectif possible, même si selon sa propre expression il n'eut jamais l'ambition d'écrire en historien.

Bibliographie.

Bibliographie de Louis RivièreIl donna à toute son oeuvre le titre général de "La guerre de grand-papa", qui comporte 5 chapitres.
Dans les 3 premiers (qui sont entièrement autobiographiques), l’auteur y relate son parcours de combattant.

Chronologiquement, il s’agit de :
I/ "Contact".
II/ "Stalag".
III/ "Victoire".

Dans les deux chapitres suivants, "Refus en Couserans" et "Chemins Interdits", toujours relatifs à cette triste période de notre histoire, il évoque des événements spécifiques à ce coin d’Ariège.

Dans "Refus en Couserans", par exemple, il aborde dans ce livre, qui n’a pas l’ambition d’être exhaustif, l’histoire locale de l’occupation allemande dans sa phase terminale (1943-1944) et plus précisément celle de la Résistance, avec ses martyrs et ses héros…

Par ailleurs, c’est dans "Chemins Interdits" qu’il a voulu rendre hommage, en écrivant ce dernier livre sur la guerre, à tous les passeurs pyrénéens, qui ont permis à beaucoup de militaires comme de civils, d’échapper aux griffes des nazis. Il y retrace un passage aussi périlleux que mouvementé à travers la montagne couserannaise d’un groupe d’officiers voulant rejoindre les forces françaises libres d’Afrique du Nord…

Pour terminer et dans un registre nettement plus "léger", il écrivit "Le Collège Saint-Trignon" qui se veut une évocation gaie et humoristique de la vie des potaches dans l’ancien collège de Saint-Girons (actuellement école Henri Maurel du Boulevard), où se reconnaîtront avec un certain plaisir empreint de nostalgie, tous les anciens élèves qui l’ont fréquenté dans les années 1946-1965…

Pour en savoir plus :
La Maison du Chemin de la Liberté
Ancienne gare - Avenue Aristide Bergès
09200 Saint-Girons
Tél : 05 61 66 35 68
http://www.chemindelaliberte.com clic