Aristide Bergès

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

Aristide Bergès © A.A.B.Aristide Bergès, fils d'un fabricant de papier de l'Ariège, est né à Lorp le 4 Septembre 1833.

Brillant élève de l'École Centrale des Arts et Manufactures, il fait preuve dès sa sortie d'un réel esprit inventif. Il met au point une pilonneuse à vapeur qui effectue un revêtement d'asphalte autour de l'Arc de Triomphe, ainsi qu'un défibreur capable de produire une pâte à papier homogène.

Venu monter une usine à Lancey, il a le coup de foudre pour cette région adossée au massif de Belledonne. Il y installe une centrale électrique équipée d'une turbine mue par l'eau d'une chute de 200 mètres de hauteur, que vient compléter en 1891 une chute de 500 mètres. Il dispose alors d'une puissance de six mille chevaux qui lui permet de fabriquer plus de deux mille tonnes de papier par an. Remontant la vallée du torrent qui alimente son usine, il capte le lac Crozet situé à 1968 mètres d'altitude.

A l'exposition universelle de Paris de 1889, Aristide Bergès distribue un tract dans lequel il baptise son invention :
"les glaciers des montagnes peuvent, étant exploités en forces motrices, être pour leur région et pour l'État des richesses aussi précieuses que la houille des profondeurs. Lorsqu'on regarde la source des milliers de chevaux ainsi obtenus et leur puissant service, les glaciers ne sont plus des glaciers ; c'est la mine de la houille blanche, à laquelle on puise, et combien préférable à l'autre."

Prévoyant l'essor prodigieux de la force hydro-électrique, il expose une turbine portant l'inscription : "cinq millions de chevaux pour les Alpes seules". En dépit des jalousies et des chicaneries qui l'entourent, Aristide Bergès fonde en 1898 la Société d'Éclairage du Grésivaudan, point de départ de notre moderne Électricité de France. Il meurt à Lancey le 28 février 1904, un an après avoir reçu l'hommage du Congrès pour l'avancement des Sciences.

Maison natale d'Aristide Bergès © A.A.B.Inscription au titre des monuments historiques.
Par arrêté du 2 octobre 2007, le préfet de la région Midi-Pyrénées, préfet de la Haute-Garonne, a porté inscription au titre des monuments historiques :
- la maison natale d'Aristide Bergès.
- l'ancienne papeterie de Prat du Ritou.
- de ses dépendances et annexes, des machines qu'elle contient et des installations hydrauliques qui lui sont liées.
- du tombeau des parents d'Aristide Bergès, situés sur la commune de Lorp-Sentaraille (Ariège) ainsi que de l'installation hydraulique dite de prise d'eau de Pourlande installée sur la commune de Saint-Lizier (Ariège).

L'association Aristide Bergès.

En Couserans, un groupe de personnes s'est battu pour trouver le moyen de conserver en l'état la maison natale d'Aristide Bergès.

En juin 1996, l'association Aristide Bergès voit le jour, regroupant en son sein des professionnels de la papeterie et du livre ainsi que des élus locaux.

L'objectif de l'association est ainsi exprimé : "développer une activité culturelle permettant d'élargir l'information au public et d'acquérir les connaissances sur l'histoire de l'industrie papetière, base fondamentale de l'économie du Couserans, avec son prolongement naturel aux métiers des arts graphiques et de la communication".

Depuis cette date, la maison natale et l'usine attenante hébergent "L'Observatoire du Papier des Arts graphiques et de la Communication" (Musée du Papier et de l'Imprimerie).

Espace Aristide Bergès.
Observatoire du Papier, des Arts Graphiques et de la Communication.
091190 Lorp-Sentaraille
Tél : 05 61 66 13 97
http://www.aab.asso.fr clic